La suède en détails…

J’ai la chance de pouvoir voyager régulièrement en Suède… Mon dernier déplacement m’a donné envie de partager avec vous les petits détails qui me font sourire quand je suis là bas… Attention liste non exhaustive… 🙂

Des jolies fleurs simples et belles partout :

L’innovation dans le respect de l’environnement et de l’humour partout…

Des couverts en bambou dans l’avion et des gels douches et shampoings en « vrac » dans la douche depuis des années (made in Sweden… of course).

Sur mon lieu de travail : des fruits en libre service et des lave vaisselle dans les salles de pause, des give box et des pansements ! Cela m’inspire et me donne encore plus envie d’agir au travail !

Et des jolies maisons, des couleurs et de beaux paysages…

Quel bonheur de voyager, même si je l’avoue je reste toujours très très impatiente à chaque fois de rentrer retrouver mes amours et ma maison ^^

signatureelm3_5_original.jpg

Savon de la Garrigue

Pour mon frère il fallait un savon un peu plus masculin…

Fini le sucré, le gourmand et le délicieux de mes autres savons, place à la force et au piquant. Direction la garrigue ! Vous savez, cette végétation très typique du sud de la France… Elle est aussi dans le jardin de mes parents…

20190302_145636.jpg

Quitte à faire des savons, autant lui apprendre à les faire lui même… Je l’ai guidé et assisté mais pas de trop près, j’avais même pas de gants… 😉

Pour la recette, j’ai encore une fois utilisé la recette de base d’Agnès Royer et on a rajouté à la trace des feuilles de romarin (environ 2 petites branches de mon jardin, puis j’ai coupé les feuilles en petits bouts) + HE Cade (environ 15 gouttes) + HE Patchouli (environ 15 gouttes) + 30 g de Rhassoul : pour une jolie couleur sablée.

20190302_142515.jpg

Après 2 semaine de cure, ils sentent encore la garrigue mais ça reste délicat. Mon frère est soulagé, il ne sentira pas le barbec 😉

signatureelm3_5_original.jpg

Savons SAF au bon miel de Lozère

Comme une envie de douceur, j’ai fait des savons au miel. J’ai encore pris la base d’Agnès Royer et j’ai rajouté du miel à la trace : 95g de miel pour 800g d’huile. Il faut dire que j’ai de la chance, mon cousin produit un miel délicieux de Lozère !

Voici le résultat : les savons ont une jolie couleur dorée (sans colorant) et une odeur très gourmande. A mon avis je pourrai mettre un peu moins de miel (80g pour faire 10%), pour l’économiser car il est quand même ultra bon! Je testerai ça la prochaine fois 😉

20190212_141105.jpg

Après 48h, les savons étaient très mous pour la découpe alors le résultat n’est pas super net, j’attendrai 3j la prochaine fois.

Rendez-vous dans 1 mois pour le test ! Pour voir tous mes autres essais c’est ici

signatureelm3_5_original.jpg

 

 

Nouvel essai – Savon SAF – Lavande

J’ai craqué, je n’ai pas pu résister à créer de nouveaux savons… Au départ je voulais attendre un peu pour tester les premiers, voir si la recette de base d’Agnès Royer me convenait…

Finalement j’en ai créé des nouveaux : Recette de base de l’atelier découverte pour des savons tout doux : Huile coco, Huile d’Olive, Beurre de karité, Huile de sésame et Huile de Colza. Et j’ai rajouté des fleurs de lavande du jardin… Je voulais tester et rajouter l’odeur magique de la lavande… Qui calme les enfants… (ceux des autres apparemment ;)) Prochaine version prévue à la verveine citronnée du jardin.

20190129_102629.jpg

J’ai testé 2 moules différents et aussi d’autres découpes pour varier 🙂

20190129_104101.jpg

Côté Zéro déchet, je n’ai pas acheté de « contenant » pour la préparation : j’ai tout récupéré ici: 2 jolis pots en verre « Le parfait » et un ancien bac à compost en plastique qui me permettra aussi de doubler la dose plus tard ;). Finalement un peu de bazar dans le garage ça sert… 😉

Pour le nettoyage des ustensiles, j’ai acheté du Sopalin, dans l’euphorie, mais je regrette, car on en utilise pas à la maison. J’essayerai de trouver une autre solution, ou de sacrifier un torchon en attendant que la pâte à savon sèche et que je puisse le laver…

J’ai investi dans des gants spéciaux « produits chimiques » pour éviter d’utiliser des jetables.

Et pour les moules je recycle des emballages de pringles, jus de fruits, laits végétaux ou haricots blancs (pour les bons houmous) 🙂

Pour voir tous mes autres essais c’est ici

signatureelm3_5_original.jpg

Je préfère échouer…

Je devais acheter ce livre… Je veux dire « c’était écrit » car je ne crois pas au hasard… Quand je pars en déplacement c’est toujours avec quelques livres à lire, c’est même ce que je mets en premier dans ma valise… Mais la dernière fois je les ai oublié !! Du coup je me retrouve à l’aéroport (pas de give box bien sûr) mais un mini/micro rayon livres de poche… Le rayon développement perso est plutôt maigre 😦 

Puis mon regard se pose sur ce livre, le lis la 4e de couv : Les noms de Nadal, Steve Jobs, Marc Aurèle et Freud y sont cités… Il ne m’en faudra pas plus… (Oui je suis attirée par les biographies en ce moment).

Je le dévore en 2 jours je crois, je corne des pages pour relire des passages à Monsieur. Mais je ne lui apprends rien il connaît l’histoire des grands sportifs par coeur !

Ce livre fait du bien car il dé-diabolise l’échec… pour de bon ! C’est un véritable argumentaire pour vous convaincre de tous les effets spectaculaires que peuvent avoir les échecs sur la nature humaine. 

L’échec permet en effet d’apprendre plus vite, de comprendre, d’élargir notre champs de vision, de nous affirmer tout en restant humble, d’expérimenter le réel et de se ré-inventer.

Je ne perds jamais, je gagne ou j’apprends.

Nelson Mandela

Tout réside dans la position que vous prendrez face à un échec. Tout découlera de cette posture d’acceptation du réel, ce trésor d’humanité.

Ce qui dépend de toi, c’est d’accepter ou non ce qui ne dépend pas de toi ».

EPICETRE

J’y ai aussi découvert le concept de « Sérenpidité » : magnifique ! Cela se définit par « trouver ce que nous ne cherchions pas ». C’est l’histoire de beaucoup de grandes découvertes, trouvées sans avoir été cherchées. Cela rejoint aussi ce que je vous disais à propos des idées et de la créativité… ici

Dans tous les cas, la sérenpidité n’est possible que dans un relâchement, loin de toute crispation volontariste, dans un moment, même bref, de lâcher prise.

Charles Pépin – Les vertus de l’échec

Je ne vais pas tout vous racontrer, mais ce livre est un encouragement, presque une main tendue vers notre propore expérience. Osez vous confronter au réel pour apprendre, grandir et profiter. Car il s’agit de ça encore une fois : prenez votre vie en main car personne ne le fera pour vous !

Sparkling you…

J’ai découvert Elisabeth Gilbert grâce à son roman « Mange, Prie, Aime ». Une ode à un doux rêve : Tout lâcher et partir ! C’est un livre de chevet pour beaucoup et une vraie révélation pour d’autres !

Le deuxième livre que je lis d’elle est « Comme par Magie ». Où j’apprends au passage que Mange Prie Aime est autobiographique… Huuum, elle l’a fait en vrai ! Mais passons…

CPM.jpg

Dans ce livre, elle nous donne à coeur ouvert toutes ses « techniques » et croyances pour « stimuler » et profiter de LA créativité. Car non, les idées ne nous appartiennent pas : elles sont comme des nuages qui tournoient au dessus du monde (de tout le monde) et qui attendent quelqu’un de « disponible » pour les concrétiser…

Quand une idée estime avoir trouvé quelqu’un -vous par exemple- qui serait en mesure de la faire apparaître en ce monde, elle vous rend visite. Elle tente d’attirer votre attention (…) le petit signe qu’elle vous fait vous échappera peut-être parce que vous regardez la télévision, que vous faites vos courses, que vous ruminez votre colère contre quelqu’un, songez à vos échecs et à vos erreurs, ou que vous êtes tout simplement occupé. (…) quand elle se rendra compte que vous ne remarquez pas son message, elle partira à la recherche de quelqu’un d’autre.

Elisabeth Gilbert – Comme par Magie

Elle raconte une expérience personnelle qui donne des frissons : elle travaille sur un roman et a une idée bien précise. Puis la vie fait qu’elle s’en détourne et n’écrit pas ce roman. Des années plus tard elle rencontre un autre auteur qui veut écrire une histoire IDENTIQUE ! Et pas juste le thème principal, beaucoup de détails sont vraiment identiques !!

Qu’est ce que j’aime ça… La magie…

Alors comment vivre une existence créative !? Son livre est découpé en 6 forces qui permettent de libérer votre créativité : Courage, Enchantement, Permission, Persistance, Confiance et Divinité.

Ce livre est un voyage à travers sa vie et son expérience très personnelle. Elle nous y partage des astuces précieuses, à tester immédiatement. Elle est très drôle et en même temps si sérieuse. Et très pragmatique : elle déconseille de tout plaquer pour vivre de sa créativité (au début) ! En effet c’est du bon sens, la créativité doit rester légère, « pour le plaisir », c’est quand même « lui » rajouter une pression énorme que de lui demander de payer votre loyer !

J’adore aussi son passage sur la passion… ou comment trouver la sienne :

Qu’est ce que vous aimez assez pour que les mots « Echec » et « Succès » n’aient guère de sens ? Qu’est ce que vous aimez encore plus que votre ego?

Elisabeth Gilbert – Comme par Magie

Vous voulez créer une merveille ? Vous n’y arriverez pas ! Une fois libérée de cette pression, faites ce que vous aimez, ce qui vous amuse, ce qui vous mets en joie, ce qui vous enivre… Et faites le pour vous ! Là, vous ferez des merveilles…

J’ai dévoré ce livre et tellement aimé me sentir inspirée… J’ai désormais de nouvelles pulsions de vie : me remettre au patinage (il y a d’ailleurs un passage dessus dans son livre !!), écrire, refaire des bijoux, apprendre, découvrir… J’ai également découvert que je suis passionnée par mon travail… Un vrai bonheur. Je vous en reparlerai.

Ecoutez votre amour, votre créativité, vos passions, votre curiosité et agissez !

Dites vous : Et pourquoi pas? Et lancez vous ! Vous pouvez commencer par un Cap ou pas Cap 😉

Dévoilez votre magie… Elle est déjà en vous…

signatureelm3_5_original.jpg