Nouveau plan au potager

Comme je vous l’ai expliqué, mon potager subit quelques chamboulements. Mon plan 2020 s’est adapté car j’ai supprimé un carré potager: le carré céleri, fève et concombre. J’ai également diminué la taille du rectangle des courgettes (qui devient un carré à tomates). Vous pouvez le voir ici.

Un nouveau plan

Voici la nouvelle version après l’ajout de notre mare naturelle :

wp-1591986458486.jpg

La piscine a pris sa place, la lavande aussi, elle est énorme cette année, je vais commencer à récolter les branches du bas.

wp-1591987392338.jpg

J’ai relocalisé les blettes quand on a creusé la mare et finalement elles s’acclimatent plutôt bien à leur nouvel emplacement. J’ai également déplacé les livèches et le céleri.

wp-1591987607121.jpg

Avec la terre disponible, nous avons créé une petite bute pour les aromates pour la cuisine et les tisanes: romarin,  origan (premier plan) puis thym serpolet, camomille et thym citron:

wp-1591987875678.jpg

Récoltes en cours

Après les cerises, les framboises démarrent. Les framboises rouges sont du côté du potager et les framboises jaunes dans notre haie gourmande:

wp-1591989432233.jpg

wp-1591989449534.jpg

Le test des petits pois est mitigé, les plants ne donnent pas beaucoup et les filles les chipent régulièrement et les mangent crus 🙂 Je crois que je referai les haricots verts l’année prochaine. Quitte à choisir 🙂

wp-1591989581431.jpg

On se régale aussi des blettes, tout est consommé en poêlée de légumes. Mes filles adorent, quel bonheur.

La rhubarbe est belle, j’ai utilisé 3 tiges (les premières de la saison) dans une compote avec des pommes et des fraises:

wp-1591989909443.jpg

wp-1591989639054.jpg

Récoltes en prévision

Je vous donne aussi des nouvelles des semis, voici les futures récoltes de tomates et courgettes:

wp-1591988811671.jpg

wp-1591988798013.jpg

wp-1591988786959.jpg

Savoir renoncer

Par manque de place, je renonce donc cette année aux haricots verts, aubergines, poivrons, maïs, courges et choux. J’en ai déjà assez 🙂

Après une grande sécheresse, la pluie était attendue. J’en profite pour aller faire la chasse aux limaces, après la pluie et/ou à la tombée de la nuit.

Pour suivre les nouvelles de mon potager, c’est ici.

LELM

Transformation du jardin – Article 1 : La mare naturelle

Les saints de glace sont passés et l’été arrive d’un coup, il va falloir s’y faire. J’en profite pour surveiller les tilleuls de mon village. Ils sont en fleurs en ce moment, il est donc temps de ramasser les précieuses fleurs pour les tisanes

Pendant ce temps, au potager, c’est le gros chamboulement. Cette année est déjà particulière, la vie de mon potager le sera également. Un gros projet est en vue pour transformer notre « coin » potager.

Au programme:

  • Ajout d’une mare naturelle
  • Création d’un salon de jardin en palettes
  • Déplacement des planches de cultures et rempotages (tout au long du projet)

C’est fou, cette énergie que l’on ressent lorsqu’on est porté par un projet, une énergie sans limite pour avancer.

Voici une photo du jardin avant le début des travaux:

wp-1590011443193.jpg

Vous pouvez voir:

  • Au premier plan mon laurier-sauce et mon origan en pot. Ils sont devant l’hôtel à insectes. Entre les deux j’ai un hibiscus qui disparaît l’hiver, la lavande et j’ai planté une bouture de groseillier.
  • Ensuite, la verveine citron est dans le pot vert, et fraisiers et menthes sont dans les jardinières.
  • Plus loin j’ai 3 planches, celle de devant restera (en partie) avec des pieds de tomates.
  •  Et les framboisiers sur la droite 🙂

Pourquoi une mare ?

  • Amener de la vie par la biodiversité. Les zones humides sont essentielles dans la nature. Elles offrent de la nourriture et de l’eau aux insectes, aux oiseaux, aux chauves-souris…
  • Amener de la fraîcheur au jardin, pour notre bien-être à nous 🙂
  • C’est un lieu pédagogique riche pour en apprendre toujours plus sur la nature, pour les filles et pour nous.
  • Le côté reposant et relaxant de voir un point d’eau dans le jardin.

La mare, comment débuter ?

La première étape a été de choisir le bon emplacement. Je voulais le bassin au cœur du potager pour profiter de la biodiversité qu’il allait nous apporter. Pour l’orientation, il faut éviter le plein sud, sud-est étant idéal.

Pour nous elle sera dans le coin à gauche, au niveau du pot gris au fond sur la photo.

Le meilleur moment pour creuser la mare c’est l’automne, mais nous quand on a une idée… 🙂 Je viens également de lire sur un autre site, que l’on peut la créer entre mars et septembre… Donc tout est bon 🙂

Au travail !

C’est le moment de définir la forme de la mare puis de commencer à creuser. Nous Mon homme a creusé la mare et fait une « petite » plage pour déposer nos plantes aquatiques.

La plage est à 15 cm de profondeur et la partie profonde est à 55cm.

Pour étanchéifier la mare nous avons choisi de mettre une couche de géotextile (en blanc) et une bâche PVC.

wp-1590870143225.jpg

Remplissage avec de l’eau du robinet, car notre réserve d’eau de pluie est vide 😦 J’essayerai d’utiliser l’eau de pluie pour la remettre à niveau lors des fortes chaleurs.

Les plantes, quelles plantes ?

Quel bonheur de découvrir le monde des plantes aquatiques… Dans ma précipitation, je suis allée chez Botanic… En magasin ils n’avaient pas grand-chose. J’ai donc cherché mieux.

Avis aux Lyonnais: Voici les spécialistes : Aqua Scène. Ils font des bassins d’agrément et des bassins de baignade (ouaou).

Ils sont de très bon conseil et ont un large choix de plantes aquatiques:

wp-1590917463294.jpg

J’ai craqué pour des nymphéas, une prêle japonaise (les longues tiges), une menthe aquatique (sur la gauche) qui vient compléter ma collection de menthes, des pesses d’eau pour l’oxygénation (ce sont les petits sapins qui sont au fond) et des scirpes inclinés ci-dessous:

wp-1590870130903.jpg

Voilà le résultat :

On a rajouté une petite fontaine solaire pour amener un peu de mouvement. Les plantes vont filtrer et oxygéner l’eau donc nous n’avons pas besoin de produit ni de filtration.

Quelques pas japonais et pierres sont venus entourer la mare, je vois enfin l’avantage d’avoir un terrain plein de cailloux !

wp-1590870117224.jpg

3 semaines après la mise en eau, nous avons rajouté 3 poissons rouges. Ils réguleront les larves et insectes qui vont se développer dans la mare. Inutile de les nourrir 🙂

Et les moustiques ?

Le problème des moustiques se pose dans les zones d’eau stagnante sans autre forme de vie. Une mare naturelle, accueille la biodiversité et donc des prédateurs de moustiques: libellules, poissons, coléoptères aquatiques…

La suite

Voilà pour cette première étape de la transformation du potager. Cette mare naturelle amène encore un peu plus de vie au potager, je me surprends à rester rêver de longs moments devant la mare en fin de journée, quel effet apaisant.

Retrouvez ici toutes les nouvelles de mon jardin.

Belle soirée à vous.

LELM

Attirer les auxiliaires

Période oblige, nous devons faire avec ce que l’on a. Ce qui limite grandement les bricolages et aménagements… Il y avait cependant une palette qui traînait dans le jardin. J’attendais d’avoir une jolie idée pour elle…

Pour permettre à la nature de nous donner le meilleur, il ne faut pas avoir peur de laisser des zones « non occupées » pour attirer les insectes au potager. Les auxiliaires défendent naturellement les cultures.

En plus des tas de branches et de bois que nous avons aux 4 coins du jardin… J’ai trouvé une infographie simple et claire  pour construire un hôtel à insectes. Elle est signée les P’tits illuminés. Ils proposent d’ailleurs des box de brico et découvertes scientifiques pour les enfants qui ont l’air très intéressantes.

Regardez, la base pour construire cet hôtel à insectes est une palette ! Tout simplement parfait et à la portée de tous.

wp-1586888977789.jpg
© CC Barbara Govin

Pour le « gros œuvre » c’est l’homme de la famille qui s’en est chargé. De mon coté avec les filles, nous avons recherché, percé et découpé les composants. Du bois sec et des écorces pour les coccinelles :

wp-1586889585729.jpg

De la paille, un pot en terre, une buche et des petits bouts de bois coupés :

wp-1586889595129.jpg

Et voilà le résultat. L’idée est de ramener de la vie du côté du potager. Et dans tout notre jardin d’ailleurs…

 

wp-1586889633176.jpg

Et puisque nous étions lancés et que c’est tout simple, nous avons rajouté des pots en terre remplis de paille aux arbres fruitiers pour attirer les perce-oreilles, prédateurs des pucerons 🙂

 

wp-1586889654599.jpg

Vivement que les insectes colonisent leurs nouveaux abris. On se régalera d’apprendre « la nature » en les observant.

Retrouvez les nouvelles de mon potager sur la page de 2020🙂

LELM

Plan du potager 2020

Bon lundi à tous 🙂

C’est généralement en janvier que je travaille sur le plan du potager pour la nouvelle année. J’aime bien me poser et prendre le temps, tant que Pas de restriction de budget cette année, mais finalement mon expérience de l’année dernière m’a appris à faire avec les moyens du bord et de toute façon, je me retrouve limitée par le confinement 🙂

Voici mon plan et mes associations de l’année dernière, pour cette année j’ai procédé par étapes :

  • Lister toutes les graines que j’avais.
  • Lister les nouvelles variétés rêvées: J’ai pu me faire plaisir en commandant de la courge Luffa (pour en faire des porte-savons naturels :)), de l’agastache goûtée chez Cyril, des tournesol oranges aussi vus chez Cyril, des petits pois (oui je n’avais jamais encore fait des pois alors que c’est si bon! ) et 2 nouvelles variétés de tomates : Royale de Guineaux et Cerises rouges Barbaniaka.
  • Pour chacun des légumes, lister les « bonnes » associations. La session est un peu prise de tête, et encore je ne fais pas trop de rotation des cultures…
  • Choisir un emplacement pour toutes les variétés. Cette année j’ai calculé ma surface : j’ai réalisé que j’avais environ 15m² 🙂 en plus de tout ce qui est de l’autre côté de la maison. (Haie gourmande, cabane d’osier vivant et les autres fruitiers). Le plan que j’ai dessiné en janvier a déjà un peu changé…

Voilà le résultat :

plan20202.jpg

A l’automne j’ai planté un abricotier à droite du rectangle des courgettes, l’idée étant de faire un peu d’ombre dans cette partie très sèche. Et aussi je rêvais d’un abricotier… Les abricots mangés à maturité sur l’arbre sont tellement délicieux.

Voici quelques photos, pour vous en dévoiler un peu:

plan20201.jpg

Comme vous le voyez, la bourrache est en fleurs pour le plaisir des butineuses et le nôtre également, car les fleurs se mangent, vous pouvez aussi les utiliser dans vos tisanes… Les choux de Bruxelles qui sont au pied du nashi montent en fleur, je récupérerai les graines pour l’année prochaine.

Je suis en train de remplir les bacs verticaux de fraisiers. C’est un emplacement qui est très sec, mais j’ai espoir qu’avec le nashi et le pêcher un peu plus grands cette année, les bacs aient moins chaud.

Devant, on voit la ciboulette devant le pêcher, j’ai aussi planté des salades et je viens de resemer des fèves. Ce n’était pas du tout prévu au plan mais j’ai voulu qu’on profite de 2 « semis » de fèves car on adore.

plan2020.jpg

Voici mon carré poireaux/fraises/blettes avec des branches de noisetier. J’ai repiqué 2 poireaux et 3 blettes grâce à ma ptite astuce. Et il reste un plant de poireaux perpétuels que l’on voit sur le côté droit.

On voit au fond, un mini noisetier et un 2e pêcher sauvage, je les laisse en place, c’est le premier pas vers la forêt jardin 😉

Retrouvez tous mes articles « Jardin » sur ma page Faire soi-même au jardin

LELM