Attirer les auxiliaires

Période oblige, nous devons faire avec ce que l’on a. Ce qui limite grandement les bricolages et aménagements… Il y avait cependant une palette qui traînait dans le jardin. J’attendais d’avoir une jolie idée pour elle…

Pour permettre à la nature de nous donner le meilleur, il ne faut pas avoir peur de laisser des zones « non occupées » pour attirer les insectes au potager. Les auxiliaires défendent naturellement les cultures.

En plus des tas de branches et de bois que nous avons aux 4 coins du jardin… J’ai trouvé une infographie simple et claire  pour construire un hôtel à insectes. Elle est signée les P’tits illuminés. Ils proposent d’ailleurs des box de brico et découvertes scientifiques pour les enfants qui ont l’air très intéressantes.

Regardez, la base pour construire cet hôtel à insectes est une palette ! Tout simplement parfait et à la portée de tous.

wp-1586888977789.jpg
© CC Barbara Govin

Pour le « gros œuvre » c’est l’homme de la famille qui s’en est chargé. De mon coté avec les filles, nous avons recherché, percé et découpé les composants. Du bois sec et des écorces pour les coccinelles :

wp-1586889585729.jpg

De la paille, un pot en terre, une buche et des petits bouts de bois coupés :

wp-1586889595129.jpg

Et voilà le résultat. L’idée est de ramener de la vie du côté du potager. Et dans tout notre jardin d’ailleurs…

 

wp-1586889633176.jpg

Et puisque nous étions lancés et que c’est tout simple, nous avons rajouté des pots en terre remplis de paille aux arbres fruitiers pour attirer les perce-oreilles, prédateurs des pucerons 🙂

 

wp-1586889654599.jpg

Vivement que les insectes colonisent leurs nouveaux abris. On se régalera d’apprendre « la nature » en les observant.

Retrouvez les nouvelles de mon potager sur la page de 2020🙂

LELM

Plan du potager 2020

Bon lundi à tous 🙂

C’est généralement en janvier que je travaille sur le plan du potager pour la nouvelle année. J’aime bien me poser et prendre le temps, tant que Pas de restriction de budget cette année, mais finalement mon expérience de l’année dernière m’a appris à faire avec les moyens du bord et de toute façon, je me retrouve limitée par le confinement 🙂

Voici mon plan et mes associations de l’année dernière, pour cette année j’ai procédé par étapes :

  • Lister toutes les graines que j’avais.
  • Lister les nouvelles variétés rêvées: J’ai pu me faire plaisir en commandant de la courge Luffa (pour en faire des porte-savons naturels :)), de l’agastache goûtée chez Cyril, des tournesol oranges aussi vus chez Cyril, des petits pois (oui je n’avais jamais encore fait des pois alors que c’est si bon! ) et 2 nouvelles variétés de tomates : Royale de Guineaux et Cerises rouges Barbaniaka.
  • Pour chacun des légumes, lister les « bonnes » associations. La session est un peu prise de tête, et encore je ne fais pas trop de rotation des cultures…
  • Choisir un emplacement pour toutes les variétés. Cette année j’ai calculé ma surface : j’ai réalisé que j’avais environ 15m² 🙂 en plus de tout ce qui est de l’autre côté de la maison. (Haie gourmande, cabane d’osier vivant et les autres fruitiers). Le plan que j’ai dessiné en janvier a déjà un peu changé…

Voilà le résultat :

plan20202.jpg

A l’automne j’ai planté un abricotier à droite du rectangle des courgettes, l’idée étant de faire un peu d’ombre dans cette partie très sèche. Et aussi je rêvais d’un abricotier… Les abricots mangés à maturité sur l’arbre sont tellement délicieux.

Voici quelques photos, pour vous en dévoiler un peu:

plan20201.jpg

Comme vous le voyez, la bourrache est en fleurs pour le plaisir des butineuses et le nôtre également, car les fleurs se mangent, vous pouvez aussi les utiliser dans vos tisanes… Les choux de Bruxelles qui sont au pied du nashi montent en fleur, je récupérerai les graines pour l’année prochaine.

Je suis en train de remplir les bacs verticaux de fraisiers. C’est un emplacement qui est très sec, mais j’ai espoir qu’avec le nashi et le pêcher un peu plus grands cette année, les bacs aient moins chaud.

Devant, on voit la ciboulette devant le pêcher, j’ai aussi planté des salades et je viens de resemer des fèves. Ce n’était pas du tout prévu au plan mais j’ai voulu qu’on profite de 2 « semis » de fèves car on adore.

plan2020.jpg

Voici mon carré poireaux/fraises/blettes avec des branches de noisetier. J’ai repiqué 2 poireaux et 3 blettes grâce à ma ptite astuce. Et il reste un plant de poireaux perpétuels que l’on voit sur le côté droit.

On voit au fond, un mini noisetier et un 2e pêcher sauvage, je les laisse en place, c’est le premier pas vers la forêt jardin 😉

Retrouvez tous mes articles « Jardin » sur ma page Faire soi-même au jardin

LELM

Préparer le potager : Le paillage

Pour préparer le sol de mon potager, je l’ai paillé. J’ai choisi le jour où il y avait le plus de vent, pour me faciliter la tâche, bien sûr… 🙂

Que va vous apporter le paillage ?

  • Faire des économies d’eau: le paillage peut diminuer jusqu’à 50% des besoins en eau.
  • Protéger le sol: contre l’érosion en limitant les effets du vent et de la pluie.
  • Éviter la pousse de « mauvaises » herbes.

Comment trouver le bon paillage?

Vous savez que j’aime la simplicité, alors le meilleur paillage, c’est celui que vous avez à disposition dans votre jardin : des tontes de pelouse et des feuilles mortes. À l’automne je paille avec les feuilles de nos cerisiers et du noisetier.

Là au printemps, j’ai demandé à un producteur que je connais s’il pouvait me vendre une botte paille. Croyez-moi ça sera moins cher et de meilleure qualité que de l’acheter dans les magasins de jardinage. Avec une belle botte j’ai couvert ma plus grosse planche (9m²) de potager et j’en ai donné aux lapins 😉

Comment faire ?

Le sol doit être désherbé et humide. Voilà mon sol au départ:

vuepaillage1.jpg

Donc j’ai essayé de bien enlever toutes les racines de pissenlits, de chiendent, de renoncule rampante (bouton d’or) et autres non identifiées… Je n’ai pas de liseron de ce coté OUF !

vuepaillage2.jpg

J’ai laissé les choux de Bruxelles de l’année dernière en place, le lierre (pour la lessive ;)) sur le côté et l’arbousier au fond. Le fruitier en plein milieu c’est mon nashi qui nous a donné 2 fruits l’année dernière 🙂

vuepaillage3.jpg

Sur la droite, au premier plan mon pêcher « sauvage », pas de fruits à l’horizon, mais il est beau alors il reste 🙂 Je lui ai planté un ail éléphant à ses pieds. J’ai aussi laissé un plan de bourrache, 2 glycines qui poussent contre les panneaux et un 2e pêcher sauvage et un bébé noisetier sauvage aussi. Ils sont bien placés donc je les garde 🙂

vuepaillage4.jpg

Je ferai des trous pour insérer mes petits plants. Je vais bientôt semer les fèves dans le futur carré « Fèves – concombres – céleri »… Je vous parlerai bientôt de mon plan et de mes associations 2020.

LELM

Je multiplie mes plantes

J’aime m’occuper des plantes, la nature a tellement a nous offrir.

Alors que certains blogueurs ont déjà attaqué les semis… L’envie est grande de craquer : l’année dernière je lançais mes semis mi-Février… Cette année je me suis promis d’attendre un peu plus alors je patiente en prenant soin des plantes déjà là… 

Voici mes bébés Pilea, j’en ai eu 9 cette année et je vois déjà des nouvelles pousses sur la plante mère. Estelle (Jardin de Nell) en avait eu aussi, allez voir ses jolies étiquettes cadeaux 🙂

Pilea1.jpg

Pilea2.jpg

Et mon Aloe vera, cette plante magique à utiliser pour les brulures mais aussi pour tous ses bienfaits sur la peau et les cheveux.

Aloe1.jpg

Aloe3.jpg

Aloe2.jpg

Récemment j’ai aussi tenté de faire des boutures de groseillier. C’est en suivant assidument le blog très inspirant de l’Engraineuse que j’ai sauté le pas! Cela m’a pris environ 10 min à tout casser et me voilà avec 6 petits groseilliers 😉

boutgroseillers.jpg

Mûres.jpg

Une dernière photo de mes petites boutures de Géranium:

Boutgeranium.jpg

Certes il faut de la place pour les stocker à l’intérieur. Mais quel bonheur de préparer des petites plantes à offrir 🙂

LELM

Des nouvelles des concombres

J’ai loupé mes semis de concombres, je vous avais raconté ça ici… Donc j’ai acheté des graines malgré ma restriction de cette année. Et une fois dans le carré qui leur était réservé, 1 seul plant s’est développé. Du coup il a eu droit à une jolie palette inclinée (juste posée sur un seau)  pour lui permettre de bien prendre le soleil sans trop d’efforts :

20190925_135158.jpg

Ce plant a donné 5 concombres : 612g, 272g, 250g, 327g et 304g. La récolte ne nous a pas (du tout) permis d’être autosuffisants en concombres cet été, mais au final avec un seul plant, le résultat n’est pas mauvais. Il en reste encore sur le plant mais ils sont trop petits. Malgré tout, je ne tarderai pas trop à les récolter, vu l’état des feuilles :

Je n’oublierai pas de garder des graines pour essayer de faire mieux l’année prochaine 😉

signatureelm3_5_original.jpg

Les fleurs du jardin

Il y a des articles que je publie rapidement et d’autres qui trainent un peu plus. Celui-là je l’ai créé en juillet quand les fleurs se sont mises à apparaître au jardin. J’ai désormais bien plus de photos à vous montrer… Petit tour du jardin, c’est parti !

Il y a eu bien sûr mes roses, deuxième année pour ce rosier magnifique qui ne reste pas longtemps en fleurs, comme si la rareté lui rajoutait encore plus de la magie:

20190605_090320.jpg

Il y a aussi eu les fleurs de pommier, que je trouve si délicates. Les violettes et la lavande bien sûr 🙂

Ensuite je vous présente mon Sedum remarquable, qui est en pot depuis une « presque sècheresse » !

La phacélie qui m’a servi d’engrais vert et de très bon pollinisateur :

20190604_214728-1.jpg

Et la bourrache, jolie fleur comestible 😉

Les zinnias qui sont également comestibles :

Les cosmos orange qui ont littéralement colonisé mon jardin, cette année. J’adore leur teinte orange si lumineuse. Il y en a même qui tirent vers le jaune…

J’ai surpris un beau papillon dessus en juillet…

20190727_152945.jpg

En parlant de papillon, 2 buddleias (arbre à papillons) se sont incrustés dans ma haie gourmande. Je les laisse cette année, je pense qu’un seul sera gardé dans la haie. Le 2e ira sous le figuier de l’entrée. Il paraîtrait d’ailleurs que ces arbres ne sont pas si bénéfiques pour les papillons, et que l’ortie au contraire leur fourbi le gîte et le couvert… ça tombe bien, les orties moi je les garde 😉 C’est un « super aliment » !

J’ai également des mufliers : Ils refleurissent chaque année et se plaisent bien sous le « petit » cerisier.

Les plus discrètes fleurs de cornouiller, lui aussi en pot (pour le moment). Vivement l’automne pour admirer ses branches orange feu 😉

20190910_180955.jpg

Et mon préféré, une jolie bouture offerte par une amie l’Althéa. La couleur a été une jolie surprise. Je vais essayer de le tailler en arbre 😉

Dans la même famille, un hibiscus des marais, encore un cadeau qui nous offre des fleurs énormes en ce moment :

Hibi.jpg

Ensuite les plants de fruits et légumes savent aussi se défendre, dans l’ordre courgettes, mûres et haricots « vigneronne » 😉

J’en oublie certainement, mais voici déjà une petite visite du jardin « côté » fleurs. Mon envie pour l’année prochaine : 2 nouveaux rosiers et des tournesol oranges/rouges comme vu chez Cyril 😉

signatureelm3_5_original.jpg

Que faire de vos framboises ?

Si vous avez envie d’avoir des fruits au jardin, commencez par les framboises! C’est le plus facile des petits fruits car il ne demande vraiment pas beaucoup d’attention. De plus,  c’est économique car les framboises vendues dans le commerce sont vraiment très très (très) chères !

J’ai planté 8 plants de framboisiers remontants Héritage à l’automne 2016. Les remontants donnent en Juin et en Août 😉 Les miens sont face « Ouest » le long d’un mur:

Framb1.jpg

Ils sont sur la droite de notre potager:

Potager juill.jpg

C’est un régal et les enfants adorent les grignoter en rentrant de l’école. On peut les manger nature, dans les yaourts, dans les gâteaux…

framb2.jpg

Pour en profiter au maximum, je les conserve au congélateur dans des bocaux en verre. Il faut penser à les remuer pour pas qu’elles ne se collent toute entre elles. Ensuite je peux les utiliser dans les smoothies du ptit déj : Banane, framboises, fraises et lait d’amande :

smoothie.jpg

Autre test de cette année, j’ai fait des glaçons à la framboise. A rajouter dans les cocktails d’apéro 🙂 Verdict c’est joli mais ça parfume pas beaucoup, je mettrai 2 framboises par glaçons pour les prochains.

S’il m’en reste assez je ferai peut-être une confiture à la rentrée 😉

glacons.jpg

Autre utilité : les feuilles de framboisiers. Vous pouvez les faire sécher et en mettre dans vos tisanes. L’infusion de feuilles de framboisier est LA boisson des femmes ! Déconseillée pendant la grossesse avant 6 mois, elle permet un rééquilibrage hormonal naturel ainsi qu’une régularisation des cycles menstruels. Son effet antispasmodique sur les muscles utérins permet de soulager les règles douloureuses. Source

J’en ai bu pendant la fin de mes grossesses et j’ai remarqué qu’il y en avait dans ma tisane de jeûne 😉 J’en récolterai à mon retour.

signatureelm3_5_original.jpg