Les lapins de notre jardin

Enfin un article pour vous faire découvrir les habitants de notre jardin 🙂 Nos deux petits lapins : Pierrot lapin (le noir) et Jeannot (le blanc). Ces deux-là ne finiront pas en terrine ! Ils sont avec nous depuis plus de 2 ans. Alors ok certains diront qu’ils ne servent à rien et en effet ils ne pondent pas d’oeuf… Mais quel régal de les voir gambader !

20190504_140704.jpg

Ce qui me plaît c’est aussi d’apprendre aux filles à s’occuper d’animaux moins « domestiques », les nourrir, les observer, les respecter.

20190506_201459.jpg

J’aime tellement les sortir de leur enclos et les voir manger les pissenlits et pâquerettes du jardin. Même si je l’avoue, quand ils sont dehors, il faut les surveiller comme du lait sur le feu : ils adorent déraciner les fruitiers de notre haie gourmande ou le coin des menthes et sauges. Mais aussi grignoter mes nouvelles salades !

Voici Pierrot devant le lierre que j’utilise pour la lessive 😉

20190504_142407.jpg

Puis devant le kiwi qui grimpe contre la balançoire. Au fond on peut voir, derrière les bananiers : mon « ancien » espace potager avec les artichauts. Je le laisse vivre car il est trop à l’ombre à cause du cerisier. Au pied du cerisier c’est le coin des menthes et sauges, j’en reparlerai 😉 On l’a « construit » l’été dernier.

20190504_141234.jpg

Pour les nourrir c’est facile : dans la cuisine il y a un bac pour le compost et un bac pour les lapins. En gros ils mangent toutes les épluchures de fruits et légumes avec quelques exceptions. Et en fait, siiiiii, ils produisent bien quelque chose : du fumier de lapin BIO (oui nos épluchures sont BIO), je l’utilise en engrais mélangé au compost 🙂 Merci les lapins.

Il y a encore beaucoup de fraisiers dans cet espace, je les repiquerai à l’automne dans le carré fraises/poireaux et la haie gourmande. Les fraisiers ont tellement poussé que les lapins peuvent s’y cacher… Vous les voyez ? 😉

L’arbre au fond c’est un prunier des béjonnières, il est encore jeune donc il ne donne pas. Peut-être l’année prochaine 😉

signatureelm3_5_original.jpg

 

Mon jardin : ma quête d’autosuffisance

Une maison, notre maison, un jardin, notre jardin…

Depuis 5 ans nous habitons une maison, depuis 5 ans, je cultive des fruits et des légumes. Chaque année un peu plus, si bien que la place commence à manquer dans le jardin… L’été dernier on a remplacé une haie de thuyas par une jolie haie gourmande : amélanches, poirier, mûres, groseilles et myrtilles. A nous les petits fruits !

Siiii j’te promets on peut planter encore un arbre ici, ou alors une plante là dessous … Merci la permaculture pour le concept du jardin-forêt 🙂

J’ai commencé à étudier la permaculture, mais je dois dire que j’en apprends encore tous les jours… C’est le jardin qui me guide, qui décide et qui m’apprend, au final…

Pourquoi cultiver ses propres légumes ?

C’est tellement gratifiant de manger des légumes (+ que bio) de son jardin, qu’on a vu grandir et auxquels on a donné tout notre amour… (Et notre temps).

J’aime tellement partager avec mes enfants le bonheur de cueillir les fruits et légumes frais dans le jardin… D’aller chercher une salade juste avant le repas ou de grappiller des fraises et framboises en rentrant de l’école…

Je me fixe cette année un nouveau challenge, comme un Cap ou pas Cap !? Oui j’suis comme ça, moi… 🙂

Mon potager sera « Zéro dépense ».

Je souhaite planter uniquement des graines de ma production ou alors échangées/troquées entre amis… Aucun achat de matériel, aucun achat de graines ou plants. J’utiliserai uniquement ce que j’ai (voir ci dessous)… Même pas de terreau car le compost et le paillage font déjà tout le travail… Oui oui vous avez bien lu donc… Aucune sortie Botanic, aucune commande sur Kokopeli ou à la Ferme de sainte Marthe, ni de craquage au salon Primevère

Gros challenge pour moi 🙂

20190204_210512.jpg

Pour l’eau on a le récupérateur d’eau, ça ne suffit pas pour tout l’été mais ça permet de limiter les dépenses  en eau. Et en plus honnêtement je pense qu’elle est bien meilleure pour les plantes 😉

La première étape consiste à préparer et lancer les semis. J’ai déjà loupé mes concombres… 😉

Pour le moment je récupère les boîtes à oeufs, pots de yaourts, rouleaux de papier toilettes ou simplement les petits popts en plastique de l’année dernière… Pour des semis en mode Zéro déchet !

Seule inconnue pour le moment : la terre pour mes semis, j’utilisais du terreau Botanic (bouhhhhhh)… Mais ça c’était avant 😉 Je vais devoir pouvoir trouver de la bonne terre à semis dans le jardin.

20190205_154530.jpg

Préparez, imaginez, créez, dessinez votre petit jardin, les jours rallongent déjà…

signatureelm3_5_original.jpg