Aller au travail à vélo: j’ai testé !

Cela me trottait dans la tête depuis un bon moment, mais vous savez bien, entre l’idée et le passage à l’acte, il y a la procrastination… 🙂 Et autant dire que j’en avais beaucoup des excuses: C’est loin (oui 14,5 km aller), ça prendra bien plus de temps qu’en voiture (20 min contre 45-50 min en vélo) et si je dois me doucher en arrivant, et si c’est dangereux, comment s’habiller et si je crève en route, comment arriver à l’heure pour récupérer les filles… Bref…

Il m’a fallu avoir un déclic, une copine de mon village qui travaille au même endroit, l’avait tenté il y a quelques semaines. Elle a trouvé un trajet totalement sécurisé avec des pistes cyclables séparées de la chaussée.

J’ai attendu les vacances, une belle journée de « presque printemps », ma copine était motivée elle aussi. J’en ai parlé autour de moi le week-end, pour éviter de me désister puis j’ai vérifié la pression de mes pneus.

Et je me suis lancée.

depart.jpg

J’ai eu l’impression de partir à l’aventure… Ou en ballade mais absolument pas d’aller au travail! L’air était frais et revigorant, le soleil tout doux, la nature se réveillait, elle aussi.

Pourquoi le faire ?

  • J’ai passé une journée hors du temps (et hors du stress). Je me suis vraiment sentie détendue et en pleine forme au travail, comme éveillée.
  • J’ai fait du sport, presque 30km de vélo 🙂
  • Je n’ai pas pris ma voiture de la journée.

Côté équipement, j’ai mis mon casque et une veste très colorée. Je n’ai pas eu besoin de me doucher le matin car il faisait frais et l’aller est majoritairement en descente.

trajet.jpg

Au retour, forcément, ça monte! J’étais impatiente de repartir jusqu’au moment où je suis remontée en selle… Ouille. Je vous rassure, c’est un détail qui s’oublie très vite 🙂 Le trajet permet de faire une réelle coupure avec la journée de travail. En arrivant, j’étais heureuse et détendue mais bien fatiguée et couchée à 21h30.

A refaire ?

En vélo cela fait donc passer mon temps de trajet de 40 min par jour à 1h35. Ce n’est clairement pas possible pour moi de le faire au quotidien. Je n’ai pas de vélo électrique et je ne pense pas en acheter pour le moment.

Par contre je compte bien le faire régulièrement, pourquoi pas 1 fois par mois, c’est une nouvelle habitude à ancrer. Il suffira juste de m’organiser avec Monsieur 😉

retour.jpg

Pour la prochaine fois

  • Mettre des baskets, il va commencer à faire chaud, ça sera plus confortable.
  • Pour être mieux vue, penser à mettre 2 hauts colorés manches longues et courtes pour le retour (ci-dessus, au retour, je ne portais plus ma veste colorée)
  • Partir plus tôt le matin 🙂

Je suis ravie de cette expérience, comme pour tout le reste il m’a fallu me lancer sans trop « planifier » pour découvrir et apprendre de l’expérience.

Je sais que c’est possible. Je le referai. Bientôt.

LELM

Que faire avec vos chutes de tissus: Un sac de couchage pour playmobil

Il m’a suffi de voir 1 photo sur Pinterest pour avoir aussitôt envie d’en faire pour les filles. C’est d’ailleurs le cas avec beaucoup de photos Pinterest, l’avantage ici c’est que j’avais tout sous la main pour le faire TOUT DE SUITE. Voici comment faire des petits sacs de couchages pour  playmobil.

Ce projet permet d’utiliser vos chutes de tissus car il vous faudra juste 2 rectangles de 8 cm sur 18 cm. Je pense qu’ils peuvent même être réduits un petit peu si vous avez moins de tissu…

La technique est la même que pour les pochettes et les coussins.

Je couds les tissus endroit contre endroit en haut et en bas en laissant un espace sur le haut (pour le retournement de la fin).

Ensuite je replie le « rabat » à l’intérieur pour qu’il soit à environ 3,5 cm du haut. J’ai fait plusieurs essais et c’est ce qui me paraît le mieux.

Puis je couds les côtés et je retourne.

wp-1582488038586.jpg

Pour fermer, je réalise des points invisibles. Pour mon premier, ci-dessous  j’avais la flemme, j’ai juste cousu à la machine 🙂

Playmo1.jpg

Les sacs de couchage sont totalement réversibles, car les playmo adorent changer d’avis… J’ai dû en refaire plusieurs, bien sûr… Et je dois même en faire pour les poneys maintenant… 🙂

playmo2.jpg

playmo3.jpg

Bon lundi et amusez-vous bien 🙂

LELM

Journée « Beige & Blanc » pour des nouveaux coussins

La journée d’hier a été productive, un espace magique où l’on vit hors du temps, où les tâches du quotidien sont « dépriorisées », les enfants jouent sans limites et s’inventent des mondes imaginaires…

Nous avons démarré par la pose des parements derrière le nouveau poêle 🙂 De jolies pierres pour habiller délicatement ce mur. Le ton de la journée est donné, du beige, du blanc, du naturel et du brut.

Parements.jpg

Et ensuite j’avais prévu un temps de couture pour refaire (seule) une housse de coussin. J’en avais fait un à mon dernier cours de couture, et il me restait encore du tissu. Je me suis dit que d’essayer de la refaire à la maison, serait le meilleur moyen d’ancrer les apprentissages.

Le tissu vient d’une chute de rideaux avec 2 cotés : beige et blanc. Le tissu est beau, je ne voulais pas le perdre. Et puis c’est important pour moi de coudre avec des tissus que je réutilise. Plutôt que d’acheter du neuf… C’est une couture zéro déchet qui m’intéresse.

A vu d’œil, j’aurai bien aimé en faire 2 housses… Ma prof a évidemment trouvé réponse à ce challenge 🙂

Houssecours.jpg

J’ai dû prendre des photos (et des notes) pendant le cours pour me rappeler dans quel sens assembler les tissus… C’est comme pour les pochettes, on coud tout ensemble, on retourne et hop magie, aucune couture n’est visible ! C’est une gymnastique d’esprit qui ne me vient pas encore naturellement mais je garde espoir 😉

Vu la fragilité du tissu, surtout le beige, ma prof m’a déconseillé de faire une housse avec une fermeture éclair. On est donc parti sur une housse avec un rabat à l’intérieur. Ce qui me plaît bien, c’est très beau et bien plus simple 🙂 ça rajoute juste un ourlet, mais je ne m’en sors pas si mal :

Housseourlet.jpg

Je suis ravie de voir le résultat. Je les trouve très élégants ces ptits nouveaux 🙂

Coussinsfinis.jpg

Les coussins sont adoptés et moi j’ai de nouvelles idées plein la tête…

LELM

Shampoing solide – Recette parfaite pour débuter

C’est souvent sur un coup de tête qu’arrivent les jolies choses… Et c’est précisément comme ça que j’ai proposé à une copine (#yoga ;)) de lui préparer un petit kit pour faire son 1er shampoing solide. Je voulais lui formuler une recette simple sans trop d’ingrédients et à la fois, faire une formule qui convient à tous.

Recetteelm1.jpg

Voici les ingrédients pour environ 100gr :

  • 30gr SCI : c’est un des tensioactifs les plus doux (pas plus de 30-35%)
  • 10gr d’huile de jojoba : rééquilibrante, elle convient à tous les types de peaux
  • 10gr d’huile de coco vierge : brillance
  • 20gr de poudre de Shikakaï : (chez AromaZone) poudre lavante
  • 15gr de poudre de Kapoor Kachli : (Chez AromaZone) c’est LA poudre des shampoings solides
  • 5gr de miel pour la douceur
  • 10gr d’eau : ici j’ai fait de l’infusion de camomille pour la douceur
  • 20 gouttes d’HE de lavande : préventif anti-poux

Kitelm1.jpg

Ensuite versez le SCI et les huiles et l’eau dans un récipient en verre. Mettez-le à chauffer au bain-marie. Remuez bien jusqu’à avoir une pâte homogène puis rajoutez les poudres, le miel et les HE en dernier. Mélangez bien puis remplissez un joli moule.

Ne faites pas de shampoings trop petits car ils pourraient se casser rapidement.

Ensuite mettez le moule 2h au réfrigérateur puis démoulez-le. Attendez 48h avant la 1ere utilisation. Puis faites moussez plutôt dans les mains que sur la tête.

Shampsolidedoux.jpg

Il mousse assez facilement et rend les cheveux souples et très doux. Une recette parfaite si vous débutez 😉

LELM

Savon frais à l’eucalyptus

C’est la dernière nouveauté dans mes 5 recettes de Noël… Un savon frais mais pas n’importe lequel. C’est surtout mon premier savon avec des huiles essentielles. Je n’en mets pas habituellement, car suivant les conseils d’Agnès, c’est un peu « luxueux » de mettre des HE dans un savon car il en faut énormément. En effet elles s’évaporent pendant la saponification puis pendant la cure (4 semaines min)… Mais c’était pour Noël et j’avais tout de même envie de tester… Et j’aime beaucoup cette odeur à la fois fraîche et réconfortante, un parfum envoutant qui sent le « propre ».

Ci-dessous mes « savons de Noël » en cure… Il m’a fallu commencer les cadeaux en novembre cette année. De haut en bas, vous voyez : mes savons à la lavande du jardin et les blancs tout doux. Sur l’étage du dessous : mes savons roses au sucre et ceux à l’eucalyptus (cet article ;)). Et enfin ceux au thé de Noël en bas, avec mes restes de savons de Marseille (les ronds).

Noël2019.jpg

Revenons à mes savons du jour… Tout est parti de mon jardin, je voulais profiter de mon Eucalyptus avant l’hiver. J’ai donc fait sécher des branches pour récupérer les feuilles.

Euca.jpg

Ensuite je les ai passées au mixeur, je vous laisse imaginer l’odeur dans la cuisine…

Euca1.jpg

Pour profiter au maximum du parfum dans le savon, j’ai fait macérer les feuilles dans l’huile d’olive prévue pour ma recette. Et j’en ai gardé 5g pour les mettre dans les savons.

Voici la composition :

  • 30% d’huile de coco
  • 10 % de beurre de karité
  • 53 % d’huile d’olive (macérât de feuilles d’eucalyptus)
  • 7% d’huile de ricin

Puis à la trace :

  • 10 gr d’huile essentielle d’Eucalyptus radié
  • 5 gr de feuilles d’Eucalyptus séchées puis broyées
  • 6 gr de mica vert océan : colorant minéral

La soude est à recalculer, j’ai choisi de le surgraisser à 7%. Le mica est plus difficile à incorporer et ma trace était déjà bien là, j’ai dû les mouler très rapidement. Ce qui fait que le bleu/vert n’est pas homogène (du tout) sur ces savons 🙂 Le résultat me plaît et je sais que je pourrai en mettre encore moins la prochaine fois.

Euca3.jpg

Le test sous l’eau est réussi et il sent encore bien l’eucalyptus.

Euca4.jpg

Le plus fou, c’est qu’il ne nous en reste pas beaucoup pour nous, il faut dire aussi que les filles commencent leurs collections personnelles de « savon de déco » 🙂

LELM

Mon sac à pain

Je suis passée au vrac il y a un moment, en faisant les courses dans les magasins bio (ou au magasin vrac de Genas ;)) mais je ne sais pas pourquoi, c’était pas « évident » de faire de même dans les commerces de proximité… A la boulangerie par exemple…

Le fait d’avoir un cours hebdomadaire me permet vraiment d’enchainer les projets et d’apprendre les bases rapidement. Je dois arriver au cours avec assez de « projet » pour 1h30 de couture et 30 min de bavardage (au moins). Je me retrouve même à coudre à la maison.

Après les lingettes de mes DIY de Noël, le projet suivant a été de faire un sac à pain, mais pas n’importe comment… Je voulais le faire en réutilisant le tissu d’un vieux pantalon :

sacpain1.jpg

Je n’ai pas de patron à partager car j’ai un peu fait au feeling (et j’ai suivi les conseils de ma prof). Je voulais juste qu’il fasse au moins 48 cm de hauteur et qu’il soit assez large pour contenir un « gros » pain et une baguette: notre conso hebdo. Ma cuisse de pantalon a été parfaite, pas de jugement c’était un pantalon large… 😉

Ma prof a proposé de mettre un lien coulissant pour refermer le sac, j’ai pu réutiliser le lien qui servait à serrer le pantalon 🙂

Sacpain2.jpg

J’étais impatiente d’aller chercher le pain pour l’étrainer fièrement et surtout montrer que même si le sac fin du boulanger est en papier, venir avec son sac c’est éviter de créer un déchet.

Sacapain3.jpg

Pour une soirée de fête à la maison, j’ai acheté des petits gâteaux, là c’est mon récipient refermable en verre qui a fait mouche. Par contre impossible d’éviter les petits papiers sous les gâteaux, cette boulangerie les met par défaut… J’irai vérifier dans l’autre boulangerie du village 😉

boulangezd.jpg

Au delà d’éviter de produire des déchets, je crois que ce qui me plaît le plus ici c’est de montrer que je ne suis plus une consommatrice qui accepte le suremballage et que je ne suis pas seule… Le boulanger m’a parlé d’une autre dame qui était venue avec son sac, je crois même que je la connais 😉

Je suis en train de relire le livre qui m’a éveillé… J’ai vraiment envie de vous en parler… Patience…

Chaque petit geste compte.

LELM

 

Bougie végétale relaxante aux agrumes

Même si Noël est passé, voilà un cadeau idéal à tout moment, juste pour faire plaisir: la bougie végétale personnalisée.

Je vous avais présenté les bons tutos et fournisseurs ici, voici une recette « Détente ». C’est une bougie qui s’allume pour se calmer et créer un moment de battement. Parfaite pour la salle de bain, avec ou sans des sels de bain 😉 pendant que vous vous préparez, le matin pendant votre routine ou pourquoi pas le soir dans le salon?

Allumer une bougie permet de s’ancrer, de créer une parenthèse dans l’agitation d’une journée. Pourquoi ne pas méditer 5 minutes? Là maintenant.

J’ai donc rajouté à la cire de colza:

  • Huile essentielle de mandarine verte
  • Huile essentielle de mandarine jaune
  • Huile essentielle d’orange douce
  • Une pincée de mica (minéral) poudre d’or : ça se voit uniquement quand la cire est fondue, autour de la flamme.
  • Des écorces d’orange, à saupoudrer quand la cire commence à blanchir.

Bougiesrelax.jpg

Dans le fond (mais qui est remontée) j’ai déposé une fleur de bruyère du jardin. Pour les proportions, ce qui est conseillé, c’est de rajouter environ 7% du volume de cire en « parfum », j’en ai mis 5% et uniquement des HE.

Bougierelax2.jpg

Bougierelax3.jpg

Et vu qu’il me reste encore un peu beaucoup de cire, je vous proposerai régulièrement des nouvelles recettes.

LELM