Aller au travail à vélo: j’ai testé !

Cela me trottait dans la tête depuis un bon moment, mais vous savez bien, entre l’idée et le passage à l’acte, il y a la procrastination… 🙂 Et autant dire que j’en avais beaucoup des excuses: C’est loin (oui 14,5 km aller), ça prendra bien plus de temps qu’en voiture (20 min contre 45-50 min en vélo) et si je dois me doucher en arrivant, et si c’est dangereux, comment s’habiller et si je crève en route, comment arriver à l’heure pour récupérer les filles… Bref…

Il m’a fallu avoir un déclic, une copine de mon village qui travaille au même endroit, l’avait tenté il y a quelques semaines. Elle a trouvé un trajet totalement sécurisé avec des pistes cyclables séparées de la chaussée.

J’ai attendu les vacances, une belle journée de « presque printemps », ma copine était motivée elle aussi. J’en ai parlé autour de moi le week-end, pour éviter de me désister puis j’ai vérifié la pression de mes pneus.

Et je me suis lancée.

depart.jpg

J’ai eu l’impression de partir à l’aventure… Ou en ballade mais absolument pas d’aller au travail! L’air était frais et revigorant, le soleil tout doux, la nature se réveillait, elle aussi.

Pourquoi le faire ?

  • J’ai passé une journée hors du temps (et hors du stress). Je me suis vraiment sentie détendue et en pleine forme au travail, comme éveillée.
  • J’ai fait du sport, presque 30km de vélo 🙂
  • Je n’ai pas pris ma voiture de la journée.

Côté équipement, j’ai mis mon casque et une veste très colorée. Je n’ai pas eu besoin de me doucher le matin car il faisait frais et l’aller est majoritairement en descente.

trajet.jpg

Au retour, forcément, ça monte! J’étais impatiente de repartir jusqu’au moment où je suis remontée en selle… Ouille. Je vous rassure, c’est un détail qui s’oublie très vite 🙂 Le trajet permet de faire une réelle coupure avec la journée de travail. En arrivant, j’étais heureuse et détendue mais bien fatiguée et couchée à 21h30.

A refaire ?

En vélo cela fait donc passer mon temps de trajet de 40 min par jour à 1h35. Ce n’est clairement pas possible pour moi de le faire au quotidien. Je n’ai pas de vélo électrique et je ne pense pas en acheter pour le moment.

Par contre je compte bien le faire régulièrement, pourquoi pas 1 fois par mois, c’est une nouvelle habitude à ancrer. Il suffira juste de m’organiser avec Monsieur 😉

retour.jpg

Pour la prochaine fois

  • Mettre des baskets, il va commencer à faire chaud, ça sera plus confortable.
  • Pour être mieux vue, penser à mettre 2 hauts colorés manches longues et courtes pour le retour (ci-dessus, au retour, je ne portais plus ma veste colorée)
  • Partir plus tôt le matin 🙂

Je suis ravie de cette expérience, comme pour tout le reste il m’a fallu me lancer sans trop « planifier » pour découvrir et apprendre de l’expérience.

Je sais que c’est possible. Je le referai. Bientôt.

LELM

8 commentaires

  1. Félicitations Lau, je suis très admirative.
    Il faudrait que je passe à l’action aussi… ça me donne l’envie d’y songer… merci

  2. Bravo car effectivement, ce n’est pas à côté. J’ai une collègue qui vient en vélo presque tous les jours, elle a 4 km à faire et adore. Perso, j’ai 13 km mais la route est trop dangereuse quand je vois certains cyclistes la prendre, j’ai peur pour eux. Donc oui, il faut que tu sois bien équipée et trouver les bons endroits où passer.

  3. Depuis que nous sommes arrivés dans notre nouveau village, nous faisons avec mon plus jeune fils, à les trajets à l’école à vélo. Comme je l’accompagne, ça me fait le double pour moi. 20mn le matin, 20 mn le soir. J’adore. A tel point que les jours de très mauvais temps, on doit y renoncer à contrecoeur 😛
    Dans un monde idéal, on devrait tous pouvoir faire nos trajets à vélo. Avec plus de promiscuité et plus d’infrastructures. J’ai bien dit dans un monde idéal 😉
    C’est bientôt les élections, il faut surveiller quels sont les élus qui favorisent ce type d’aménagements.
    Bises Lauriane

Laissez-moi un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *